Une année avec D.É.L.I.É.E

rey-seven-479590-unsplash

Vœux. « Il ne faut pas craindre de courir à l’inverse de la marée montante, il faut brûler en effigie nos propres caricatures »
JCC

Il y a un peu plus d’un an, un peu plus d’un an de lectures, de discussions, de voyages, d’écrits, de rêves nous vous présentions le blog D.É.L.I.É.E, projet de nature littéraire et artistique, espace de réflexions et de critiques autour des livres de fiction et de non fiction, des mots, des êtres et des actualités du monde.
continuer la lecture

Jean-Claude Charles à l’université, ce n’est pas une banalité

 

IMG_3294


Deuxième partie :

Les chants noirs du blues charlésiens à la Florida State University : « vous reprendrez bien un peu de mes cauchemars ? »

Tallahassee. Un nom difficile à prononcer, peut-être en raison du h, cette lettre à l’allure et à la prononciation intransigeantes qui scinde le mot en deux parties comme si ce continuer la lecture

Impression au soleil du blues, avec Baldwin et Charles

IMG_3319


Première partie :

Quand le blues de l’écrivain noir américain James Baldwin et l’enracinerrance de l’auteur haïtien Jean-Claude Charles se croisent lors d’un colloque à Tallahassee.

« Le Sud est très beau mais sa beauté rend triste car les existences présentes et passées continuer la lecture

Requiem d’exilés : le sort des boat-people haïtiens aux Etats-Unis

Barque plage

©Yslande Bossé

de si jolies petites plages ou deux années d’enquête du journaliste Jean-Claude Charles sur les illusions et désillusions d’haïtiens «candidats» à l’exil. 

Virginia Woolf a écrit : « Les mots ne vivent pas dans les dictionnaires, ils vivent dans l’esprit ».
continuer la lecture

Nègre, Noir, Black : what else ?

malik-earnest-23596

© Malik Earnest sur Unsplash

Tableau I.

A la manière de Jean-Claude Charles.
Ah, la manière de Jean-Claude Charles !

Nègre, Noir, Black. Nègre, Noir, Black. Répétez après moi ! Nègre, Noir, Black. Voyez-vous la gradation dans le titre ? Pour le meilleur et pour le pire. Pardon. Du + au – / barre oblique. D’aucuns disent qu’à trop crier au racisme, et bien, ÇA ne sert pas la CAUSE, bien au contraire. Comme si le mot R.A.C.I.S.M.E  continuer la lecture